Alcool : idées reçues et vérités

trop bu
image_print

On entend souvent dire qu’il ne faut pas mélanger les alcools pendant un repas. Aucune étude scientifique n’étaye ce fait ; c’est plutôt la quantité d’alcool ingérée qui rend malade.
Autre fausse idée : boire une cuillère d’huile avant le repas n’aide en rien à supporter une consommation excessive d’alcool. L’huile ralentit juste le passage de l’alcool dans le sang. De même, boire du café ou prendre une douche ne font pas dessoûler. Seul le temps le permet. Ainsi, il faut en moyenne, au moins une heure et demie pour que le corps évacue l’alcool contenu dans un verre de vin. Les buveurs réguliers ne tiennent pas mieux l’alcool, la quantité d’alcool dans le sang est la même pour tous. Simplement, ils perçoivent moins les effets et ils ont l’impression de mieux résister.
L’alcool ne désaltère pas, bien au contraire, il déshydrate et fait uriner davantage. Cette déshydratation provoque l’effet « gueule de bois ».
L’alcool ne réchauffe pas, il fait même tomber la température du corps d’un demi-degré chaque fois qu’on en absorbe 50 g. Cette sensation de chaleur est due au fait qu’il provoque une dilatation des vaisseaux sanguins et la peau est ainsi mieux irriguée, d’où la sensation de chaleur.
Il est par ailleurs erroné de croire que l’alcool cuisiné s’évapore totalement. Au bout de dix minutes de cuisson, une préparation mélangée à de l’alcool en contient encore 60 %. Tout dépend de la préparation, du temps de cuisson et du récipient utilisé. Un pourcentage d’alcool résiduel subsiste dans tous les cas.
Enfin, quand on dilue l’alcool avec de l’eau, l’alcoolémie n’est pas moins forte.
Valérie Godement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *