Julien Santini, le Corse qui détonne

JulienSantini
image_print

Julien Santini, le Corse qui détonne, avait enflammé le jury du festival vendéen L’Air d’en rire l’année dernière. Il avait même reçu le Prix à l’unanimité ! Qui succédera à ce clown adoubé par l’humoriste Didier Benureau et découvert par la comique nantaise Élodie Poux ? Réponse vendredi 29 septembre à La Genétouze pour le tremplin Jeunes Talents. Par Delphine Blanchard

À quel moment l’envie de monter sur scène s’est-elle insinuée en vous ? 
Je me rappelle très précisément regarder Jacques Balutin à la télévision, dans une pièce qui s’intitulait Tiercé Gagnant quand j’avais 12 ou 13 ans. Je me suis interrogé sur ces gens qui jouaient… Balutin a une énergie impressionnante. Ce métier n’est pas facile mais, après trois années à présenter mon spectacle et 150 représentations, j’ai confiance. Tant que j’ai des choses à dire, je continue la scène.

L’année dernière, vous avez séduit La Genétouze avec votre personnage de “loser” au grand cœur. Quelle est la part de vous-même dans ce personnage ?
Disons que c’est un prolongement de moi, c’est “mon clown”. J’ai du mal avec les choses concrètes de la vie, donc forcément c’est source de maladresses. Je m’en sers et je le pousse à l’extrême en assumant pleinement mes failles. Mais comment faire rire en parlant de soi ? C’est le défi ! Je puise dans mon quotidien de fonctionnaire (car je ne suis pas intermittent) pour parler de ce gars, parfois inadapté au réel.

Votre spectacle est touchant et surtout jamais méchant malgré des piques bien senties… Travaillez-vous cela lors de l’écriture ?
La question de la satire et de la critique du système est importante. Je mets un point d’honneur à démonter tout le monde : artistes, fonctionnaires… Je préfère me moquer de moi, en n’oubliant pas d’y mettre tout le monde ! Ça me semble plus efficace. Seul le propos compte : qu’est-ce que je veux dire ? Le fait même de ne jamais aborder la politique, c’est un choix politique !

 


C-aE3XHXkAA6EFw.jpg-smallFestival l’air d’en rire. Tremplin Jeunes talents vendredi 29 septembre à 20 h 30 au théâtre municipal de La Genétouze (12 €). Également au programme : Jeanfi Janssens, jeudi 21 septembre à Bellevigny ; Yohann Metay, vendredi 22 septembre à Bellevigny ; Frédérick Sigrist, samedi 30 septembre à La Genétouze ; Artus dimanche 1er octobre à Pouzauges ; Oldelaf et Berthier mardi 3 et mercredi 4 octobre à Montaigu. Réservation possible sur www.airdenrire.fr.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *