Voiture, train, avion : mal partout ?

mal dos voyage
image_print

Pour un voyage tranquille, un trajet sans douleur, voici quelques conseils d’une ostéopathe, Laure Darraillans(1).

“Comme il vaut mieux prévenir que guérir, consulter un ostéopathe avant un départ permet d’éviter les douleurs lombaires ou les sciatalgies qui apparaissent pendant les longs trajets. Les causes sont souvent traumatiques ou micro-traumatiques. En effet, un “faux mouvement” lors du rangement des valises dans le coffre ou une mauvaise position assise peuvent entraîner des tensions sur le bas du dos.
La colonne vertébrale est un ensemble qui fonctionne en synergie, la mobilité d’une partie influence la statique ou la mobilité des autres parties.
Par exemple, si le thorax et les épaules manquent de mobilité ou sont déséquilibrés, pour soulever la valise, nous allons solliciter le bas du dos, augmentant la cambrure. Cette position et le poids de la valise vont venir augmenter la pression sur les articulations et peuvent provoquer des contractions musculaires. La fatigue et la position assise prolongée vont exacerber ces déséquilibres source des douleurs.
Et, hélas, certains rentreront de vacances fourbus, ou comme nous le dirions familièrement “mal fichus”.
Mes bons conseils pour éviter les désagréments des voyages en transports :

Utiliser l’appui de vos jambes pour soulever les valises et les ranger dans le coffre ;

  • Régler votre siège pour avoir un appui lombaire ;
  • Régler l’appui tête pour maintenir le cou ;
  • Arrêtez-vous régulièrement pour marcher en faisant attention en sortant de la voiture, posez vos deux pieds dehors avant de vous lever ;
  • Pour éviter le mal des transports, jouer à reconnaître des voitures, des panneaux etc. pour que les enfants regardent au loin et dans le sens du trajet ;
  • Déglutir régulièrement lors de la montée ou la descente de l’avion en suçant un bonbon ou en mâchant un chewing-gum ;
  • Dans l’avion, faites des mouvements avec vos pieds (ou marcher) pour stimuler le retour veineux et éviter les fourmillements.”

(1) Laure Darraillans est enseignante en ostéopathie crânienne à l’École Supérieure d’Ostéopathie (ESO) de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *