Comment fonctionne une assurance vie? Types de versement, frais, avantages et durée

Comment fonctionne une assurance vie? Types de versement, frais, avantages et durée

27 lectures

Pour les ménages Français, l’assurance-vie est un produit d’épargne très prisé. Les raisons de ce succès : l’adaptabilité, la souplesse et la liberté qu’il offre à ses souscripteurs. Si vous souhaitez ouvrir une assurance-vie, voici un guide qui vous sera utile. Celui-ci recense les différents supports disponibles, des conseils pour savoir sur lesquels investir ou encore le type de versements possibles.

Qu’est-ce qu’une assurance-vie ?

L’assurance-vie est un produit d’épargne à moyen long terme. Elle sert à faire fructifier son capital et à épargner pour soi ou ses proches. Au terme de votre contrat, vous (ou à votre décès, le ou les bénéficiaire(s) que vous avez désignés), percevez les montants investis augmentés des éventuels gains et diminués des frais.

D’un point de vue juridique, une assurance-vie est donc un contrat souscrit entre un souscripteur (un particulier) et un intermédiaire financier comme une banque ou une compagnie d’assurance. Un bénéficiaire doit également être mentionné par le souscripteur pour recevoir le capital en cas de décès. Le bénéficiaire peut être une personne physique ou morale comme une association.

Les versements réalisés par le souscripteur peuvent être investis sur différents produits financiers. Les deux grandes catégories de supports sont les fonds en euros et les unités de compte. Les premiers sont très sécurisés (le souscripteur est certain de récupérer les sommes qu’il a investies) contrairement aux secondes qui sont plus risquées. En revanche, la performance permise avec les unités de compte est plus importante que celle délivrée par les fonds en euros.

Quels sont les différents types de versements ?

Dans un contrat d’assurance-vie, les versements peuvent être :

  • Périodiques : ici, le souscripteur doit s’engager pour un versement selon un calendrier mensuel, trimestriel ou annuel. Le souscripteur peut réaliser des versements complémentaires s’il le souhaite.
  • Libres : le souscripteur choisit la date ainsi que le montant de ses versements. Attention ! Sur certains contrats, un montant minimal peut être fixé.
  • Uniques : ce versement se fait en une seule fois lors de la souscription.

Les frais d’une assurance-vie

Tout d’abord, il y a les frais de versement ou frais d’entrée qui sont prélevés dès que le souscripteur réalise un versement sur son contrat. Si ces frais n’existent pas pour les contrats en ligne, ils sont compris entre 1 % et 3,5 % au sein des autres réseaux de distribution.

Autre frais retenus : les frais de gestion qui sont prélevés tous les ans et durant toute la durée du contrat. Ces montants portent sur toutes les sommes investies et sur les intérêts qu’elles ont générés.

Enfin, lorsque le souscripteur décide de modifier la répartition de son épargne, des frais d’arbitrage lui sont prélevés.

Quels sont les avantages d’une assurance-vie ?

Une assurance-vie est un produit d’épargne multifonctions permettant de se constituer et de faire fructifier une épargne ou de préparer sa retraite. Cela offrira au bénéficiaire de vivre paisiblement dans un village de retraite. Autant qu’une souscription de contrat pour la mutuelle senior, il est conseillé de signer son contrat d’assurance-vie plus tôt.
Ce produit permet également de transmettre un capital à des personnes désignées par le bénéficiaire dans le contrat via la clause bénéficiaire. Même si les bénéficiaires sont très souvent des proches, il est tout à fait possible de désigner des personnes ne faisant pas partie du cadre familial. Les montants sont transmis dans un cadre fiscal avantageux, car ils sont exonérés d’impôts en dessous de 152 500 euros par bénéficiaire.

Après les 70 ans du souscripteur, les versements sont exonérés de droits de succession jusqu’à 30 500 euros. Les intérêts générés par le versement des primes échappent quant à eux à la taxation.

Quelle est la durée d’une assurance-vie ?

Un contrat d’assurance-vie n’a pas de durée légale. Le contrat prend donc fin soit lorsque l’assuré décède soit lorsque ce dernier décide de fermer son assurance-vie en réalisant un rachat total. Dans ce cas, il récupère les sommes qu’il a versées.

En cas de décès de l’assuré, le capital est versé aux bénéficiaires désignés.