Dropshipping : une nouvelle manière de vendre sur le web

Dropshipping : une nouvelle manière de vendre sur le web

Que ce soit pour assurer une bonne qualité de services ou pour optimiser le taux de satisfaction des clients, le traitement de la logistique reste l’un des défis permanents à relever dans une activité de commerce en ligne. Mais comment faire lorsqu’on ne dispose pas de moyens nécessaires pour réaliser ses opérations logistiques dans des conditions adaptées ? Pour cela, vous avez le dropshipping, un procédé qui a le vent en poupe. De quoi s’agit-il ? Quels sont ses atouts et inconvénients ? Comment ça marche et comment le mettre en place ?

Dropshipping : Qu’est-ce que c’est ?

Le dropshipping est un mode de vente en ligne qui vous permet de sous-traiter entièrement la chaîne logistique, autrement dit tout ce qui concerne l’achat, le stockage et les livraisons. Pour comprendre le principe, il faut tout d’abord distinguer les 3 acteurs du marché : l’internaute ou le client, le grossiste qui dispose des produits et le vendeur. Ainsi, le principe est le suivant :

  • un site marchand ou revendeur propose la vente de produits dont il ne dispose pas en stock
  • après qu’une commande ait été passée sur le site, le revendeur se charge d’acheter le produit auprès du fournisseur ou grossiste
  • et c’est ce dernier qui s’occupera de la livraison de la marchandise directement au client.

Faire du e-commerce via du dropshipping revient donc tout simplement à être un intermédiaire qui propose une prestation de service : vendre un produit.
Ainsi le revendeur doit être en mesure de générer des commandes fournisseurs liées aux produits à expédier. Et côté fournisseur, celui-ci doit pouvoir spécifier une adresse de livraison du client final. Puisque cette dernière est différente de celle du revendeur, pour une commande client.
Pour en savoir plus et réussir dans le domaine, vous pouvez consulter le site de  Yannick Chastin, expert en dropshopping et plus généralement en e-commerce.

Les avantages du dropshipping

Si le dropshipping est de plus en plus apprécié des entrepreneurs, cela est particulièrement lié à la facilité de son déploiement et aux faibles coûts que cela peut générer. Mais ce n’est pas tout ! En effet, cela apparaît comme la solution idéale pour faire face à d’autres contraintes comme :

  • les frais de manutention et de transport lorsque les marchandises sont lourdes ou volumineuses
  • les frais de transport lorsque le rapport prix des marchandises/prix du transport est élevé
  • les frais de stockage et de livraison
  • la forte pression tarifaire ou l’obsolescence de certains marchés.

Ajoutons pour finir qu’avec ce modèle de vente, il est possible de se lancer en diminuant les frais d’investissement initiaux, ce qui est non négligeable. En outre, aucun problème de trésorerie en vue.

Les inconvénients

Avec ce mode de vente, il faut noter que le grossiste n’est pas responsable de la commande. C’est plutôt le revendeur qui est tenu, légalement, de l’honorer. Cet accord rend donc ce dernier très dépendant de la qualité de son grossiste qui, en n’honorant pas les commandes, peut causer des problèmes avec les clients. N’ayant, en outre, aucune maîtrise sur la livraison et sur les délais, cela pourrait être déceptif pour les clients, en cas de mauvaises gestion.

Aussi, la relation de confiance ainsi que le rapport de force entre les deux acteurs doivent être proportionnés. Supposons par exemple que vous avez un contrat de dropshipping avec un grossiste qui traite des millions de commandes par jour. Si de votre côté vous n’arrivez pas à lui donner la possibilité de faire de gros volumes, le risque que vous soyez délaissé pour d’autres vendeurs plus importants est très élevé.

Comment lancer son activité de vente en ligne avec le dropshipping ?

Comme vous avez pu le voir, le dropshipping offre plusieurs avantages, mais dispose également de quelques failles. Pour réussir son activité avec ce mode de vente, il faudra donc bien s’organiser pour minimiser les risques. Il est notamment question du choix de son fournisseur, des produits à commercialiser, de la plateforme à utiliser, sans oublier les solutions de paiement.

Tout d’abord, il faut commencer par identifier une niche rentable qui vous permettra de maximiser vos profits. Pour cela, il est conseillé de miser sur des produits que demandent un grand nombre d’internautes, mais avec une faible concurrence sur le segment. Il y a par exemple, avec l’approche de la rentrée, les étiquettes pour vêtements de la PME française Ludilabel dont nous avions déjà eu à vous parler. Des outils comme Google Trends ou AdWords vous seront d’une grande utilité à cet effet. Après le choix de la niche, il faudra ensuite penser à celui de votre site de vente en ligne. Puisque c’est sur cet emplacement que les produits que vous voulez vendre seront visibles par les clients, il va falloir faire très attention en ce qui concerne la plateforme à utiliser. Mais, notez que les CMS comme WordPress et PrestaShop ou encore des solutions clés en main comme Shopify et wizishop sont assez performants.

D’ailleurs la solution de paiement en ligne est un des critères qui vous aidera à faire le bon choix de la plateforme à utiliser. Soulignons qu’il s’agit d’une étape à ne surtout pas prendre à la légère, car ce sera un gage de sérieux pour vos futurs clients. Prenez donc le temps d’analyser les différentes possibilités avec chaque plateforme. Ensuite, n’oubliez pas de prendre également en compte les problématiques en rapport avec le nom de domaine et l’hébergement.

Après que tout ceci ait été réglé, il vous faudra maintenant trouver un fournisseur. Nous l’avons dit un peu plus haut, le succès de votre activité est étroitement lié à la qualité du grossiste avec lequel vous aurez à travailler. Assurez-vous donc de sa fiabilité (conformité aux normes européennes, gestion des retours, délais de livraison…) avant toute signature de contrat. Enfin, le dernier point, très important à ne pas négliger, le marketing. Pour vous démarquer des concurrents qui commercialisent les mêmes produits que vous, il faudra penser à tout ce qui est référencement (naturel et payant), réseaux, emails marketing… Vous ne le savez peut-être pas, mais les éléments de communication envoyés par votre fournisseur sont les mêmes pour tous les revendeurs. Ce sera donc à vous d’y apporter votre touche personnelle pour plus d’efficacité.

Autres articles de la catégorie :
Agenda papier ou électronique ? Comment choisir le... À l’ère du numérique, les agendas électroniques ont su conquérir plusieurs utilisateurs et se faire une réelle place dans une vie ultra-chargée. Toute...
Marketplace et ecommerce : tout savoir du modèle é... Lorsqu’on navigue dans le milieu du ecommerce, on rencontre de nombreux acteurs, outils, solutions et modèles économiques… Parmi ces modèles, un est p...
Actus e-commerce de l’été 2018 Vous venez de rentrer des vacances et vous vous demandez tout ce qui a bien pu se passer durant l’été dans le secteur de retail et e-commerce ? Voici ...
Une PME Française exporte ses étiquettes pour vête... Lancée en 2011 par Sandrine Jullien-Rouquié, Ludilabel est une PME française qui propose des packs d’étiquettes pour identifier les vêtements et objet...
La téléprospection : une pratique en vogue en 2018... C'est tout net vous présente dans ce nouvel article le domaine de la téléprospection qui est en constante évolution ces dernières années. Nous allons ...