Entrepreneurs : forgez-vous un moral d’acier

Entrepreneurs : forgez-vous un moral d’acier

Vous venez de créer votre entreprise. Votre projet a besoin de temps pour se concrétiser, avec des hauts et des bas, et vous êtes souvent seul à absorber les chocs, et cela peut affecter votre moral. Quand votre entreprise est une activité complémentaire, elle s’ajoute à toutes les autres charges mentales du micro-entrepreneur : salarié, père ou mère de famille, autres activités… Sans un minimum de compartimentage, votre esprit peut vite arriver à saturation…et porter préjudice à votre activité.

Mais il faut parfois du temps et de la patience pour évoluer. Or, pour tenir dans la durée, le micro-entrepreneur doit apprendre à résister à son principal ennemi : lui-même.

Entrepreneurs & Micro-entrepreneurs, quelles qualités psychologiques et morales devez-vous entretenir pour développer votre activité de manière sereine ?

Auto-motivez vous

La micro-entreprise est souvent plébiscitée pour la liberté et l’autonomie qu’elle procure. Mais sous la vague, vous pouvez perdre vos objectifs de vue. Dans cette activité, vous n’avez personne au-dessus de vous pour vous rappeler vos obligations, ni…vous encourager ou simplement vous faire confiance. Vous ne vous en portez que mieux ? Certes.

Mais n’hésitez pas à vous auto-motiver régulièrement en prenant le temps de formuler pourquoi vous avez créé votre activité : quelles sont vos motivations ? quelles sont les valeurs qui vous animent ? Que vous aimiez travailler seul, que vous puissiez faire de la poterie tous les jours ou que votre entreprise vous permette de financer des activités pour vos enfants, toutes vos raisons sont bonnes, car vous êtes seul maître à bord.

Écrivez vos valeurs et vos objectifs, affichez-les sur votre bureau, partagez-les sur votre réseau social. Consultez-les régulièrement, et posez-vous cette question : y croyez-vous toujours ? intéressez vous au cheminement d’autres entrepreneurs, du e-commerce et des start up via des portails comme https://news.chastin.com/ : cela vous aidera à conserver un niveau de motivation élevé.

Fixez vous des objectifs réalistes et réalisables

Rien ne sert de courir, il faut partir à point

Gardez dans un coin de la tête cette morale intemporelle de la Fontaine ; ne faites pas le lièvre. Ne partez pas sur les chapeaux de roue, vous n’arriverez pas plus vite. Si vous ne pouvez totalement ignorer le chiffre d’affaires, gardez à l’esprit que pour tenir dans la durée, il faut que vous puissiez assurer les missions que vous vous confiez. Votre mental ne pourra en sortir que gagnant.

Assurez-vous que vos objectifs soient réalistes : Charge de travail, temps que vous pouvez accorder à votre activité…gardez le sens des réalités et restez lucides sur l’effort que vous êtes capables de fournir. Cet effort, vous pourrez l’intensifier au fur et à mesure du temps.
Cela peut signifier, par exemple, de mesurer ses ardeurs avant de rechercher de nouveaux contrats. Mieux vaut peut-être honorer les commandes en présence.

Assurez-vous également que les prestations que vous proposez soient réalisables : vous vendez un produit pour lequel votre client a certaines attentes. Ne le décevez pas, au risque de perdre beaucoup en réputation et considération. Votre état d’esprit risquerait d’en pâtir également.

Travaillez votre organisation

Une organisation efficiente pour une productivité optimale : s’il applique à toutes les activités, ce credo du management n’est pas forcément plus simple à mettre en œuvre lorsqu’on est seul maître à bord. Tout le monde n’a pas la même façon d’entreprendre. Là où certains ont besoin d’un planning quotidien détaillé sur trois mois et de dossiers alignés au cordeau, d’autres s’épanouiront avec un peu de bazar ambiant.

Alors sans vous imposer une discipline de fer si ce n’est pas votre façon d’être, faites le point sur un minimum de vos capacités organisationnelles. L’enjeu est important : avec une organisation fluide, vous allégez votre charge mentale, vous vous fatiguez moins.

Organisez votre temps

sachez utiliser votre temps à bon escient. Mettez-vous des limites. N’hésitez pas à faire le point sur votre articulation entre temps pro et temps perso. Essayer de les délimiter au maximum à l’aide d’outils de planification du temps (un bon vieil agenda peut suffire). Une bonne gestion du temps permet de prévoir et d’anticiper. Avec l’habitude, vous pourrez ainsi savoir comment moduler votre temps pour consacrer des plages horaires aux imprévus.

Organisez votre espace de travail

notamment si vous n’avez pas de local vous travaillez à domicile, distinguez votre « bureau », où vous serez là encore seul maître à bord, des autres espaces de vie. Pensez aux espaces de coworking, qui permettent une distinction vie pro/vie perso plus évidente. Si vous avez un emploi en parallèle, évitez d’y effectuer des tâches relatives à votre micro-entreprise. Outre le fait que cela pourrait être malvenu, le mélange et le manque de concentration risquent de vous faire perdre en qualité sur deux activités.

Utilisez les bons outils

Avant d’investir, réfléchissez aux outils de travail, notamment aux outils virtuels que vous comptez utiliser :

  • applications SAS
  • logiciels de facturation
  • etc…

S’ils sont mal maitrisés, ils vous feront perdre un temps précieux. Planifiez leurs achats et le temps de prise en main éventuellement nécessaire.

Sachez jouer collectif

En termes psychologiques, le pire ennemi de l’indépendant, c’est la solitude. Certes, d’aucuns peuvent apprécier le fait de travailler en toute autonomie et de ne dépendre de personne. Mais tout comme l’être humain est un animal social, le micro-entrepreneur a parfois besoin d’être grégaire, de préserver sa capacité à échanger pour maintenir un moral équilibré.

La vente de prestation à la base de l’entreprise est, certes, une forme d’échange. Mais vous avez tout à gagner à partir à la rencontre d’autres auto-entrepreneurs ayant eu le même esprit d’initative que vous, subissant les mêmes contraintes, se posant les mêmes questions que vous.
Des organisations comme l’ADIE (Association pour le droit à l’initiative économique) permettent aux entrepreneurs non-seulement de se rencontrer, mais aussi d’être conseillés et soutenus. L’ADIE a des antennes dans tous les départements. Des chambres de commerce, mais également des communes, des pôles de compétitivité, des écoles animent des clubs, groupes, organisent des rencontres – et c’est sans compter sur les espaces de coworking. Renseignez-vous auprès des services de votre ville. Sur les réseaux sociaux, vous pourrez trouver une multitude de groupes d’échange et de soutien en fonction de votre secteur d’activité.
Echanger avec d’autres entrepreneurs peut vous permettre aussi de trouver de nouvelles pistes pour développer votre activité.

Identifiez vos faiblesses pour les transformer en forces

Le micro-entreprenariat est une aventure dans laquelle il est possible de s’accomplir. Le simple fait d’avoir choisi de créer son activité dénote chez vous une propension à aller de l’avant. Alors plutôt que de subir les effets néfastes du stress et de l’anxiété, identifiez vos ses faiblesses pour les transformer en forces. Vous développerez ainsi votre propre culture de l’optimisme.

Vous êtes impatient ? Identifiez de petits objectifs à court-terme qu’il vous sera moins long à atteindre. Vous aurez ainsi de petites victoires régulières à savourer, et de nouvelles sources de motivation. Vous êtes pointilleux ? Vous hésitez sur le niveau de qualité de vos produits ? Demandez à des collègues entrepreneurs comment ils évalueraient votre travail (d’où l’intérêt de jouer collectif). Leur avis peut vous éclairer, et si vous craignez l’effet pervers de la concurrence, adressez vous à des professionnels issus d’un secteur d’activité un peu différent.

Pour terminer, déconnectez !

Installés ou porteurs de projet, votre activité ne pourra prospérer qu’avec un mental programmé pour durer. Plus difficile à dire qu’à faire, mais essentiel : prévoyez des exutoires, et déconnectez !
Sport, loisirs, vie de famille… Pendant ces moments, fermez la boutique et profitez de la vie !

 

Autres articles de la catégorie :
Quels sont les bruits les plus gênants au travail ... L’inconfort, la fatigue, une sonnerie de téléphone qui retentit, des conversations indiscrètes… voici autant d’éléments qui sont en partie la conséque...
Agenda papier ou électronique ? Comment choisir le... À l’ère du numérique, les agendas électroniques ont su conquérir plusieurs utilisateurs et se faire une réelle place dans une vie ultra-chargée. Toute...
Marketplace et ecommerce : tout savoir du modèle é... Lorsqu’on navigue dans le milieu du ecommerce, on rencontre de nombreux acteurs, outils, solutions et modèles économiques… Parmi ces modèles, un est p...
Actus e-commerce de l’été 2018 Vous venez de rentrer des vacances et vous vous demandez tout ce qui a bien pu se passer durant l’été dans le secteur de retail et e-commerce ? Voici ...
Dropshipping : une nouvelle manière de vendre sur ... Que ce soit pour assurer une bonne qualité de services ou pour optimiser le taux de satisfaction des clients, le traitement de la logistique reste l’u...
Une PME Française exporte ses étiquettes pour vête... Lancée en 2011 par Sandrine Jullien-Rouquié, Ludilabel est une PME française qui propose des packs d’étiquettes pour identifier les vêtements et objet...
La téléprospection : une pratique en vogue en 2018... C'est tout net vous présente dans ce nouvel article le domaine de la téléprospection qui est en constante évolution ces dernières années. Nous allons ...