Est-ce une bonne idée d’exercer le métier de moniteur d’auto ecole en independant ?

Est-ce une bonne idée d’exercer le métier de moniteur d’auto ecole en independant ?

123 lectures

Pour obtenir le permis de conduire, nous voyons de plus en plus de personnes se tourner vers un moniteur indépendant. En effet, il est aujourd’hui possible de suivre une formation sans passer par une auto-école. Celle-ci présente de nombreux avantages, notamment pour les jeunes, dont le budget est relativement restreint. Les moniteurs d’auto école indépendant gagnent en popularité grâce à une prestation personnalisée, une approche plus humaine et des tarifs très concurrentiels. Mais, pour le moniteur, est une bonne idée d’exercer en indépendant ? Voyons cela ensemble.

Moniteur d’auto ecole indépendant, comment ça marche ?

Le moniteur d’auto ecole independant n’est pas considéré comme un salarié, il doit choisir son statut.  Plusieurs options s’offrent à lui : SASU, EURL, EI, EIRL… mais la plupart du temps, il se tourne vers le statut de micro-entreprise, ou auto-entrepreneur. Cette forme juridique est privilégiée car elle présente moins de charges et de gestion. Il suffit simplement de créer une micro-entreprise auprès de l’URSAFF, via son site internet.

Avant de pouvoir exercer son activité, le moniteur d’auto école indépendant doit remplir quelques prérequis. En étant indépendant, le matériel relève de sa responsabilité. Ainsi, il doit faire l’acquisition d’une voiture à double-commande de moins de 6 ans. Il a la possibilité de la louer, de l’acheter, ou d’équiper son véhicule personnel avec un kit à double-commande. Il faudra également souscrire deux assurances : une pour le véhicule, et l’autre pour la Responsabilité Civile Professionnelle.

Également, le moniteur doit être titulaire d’un permis de conduire B et avoir plus de 20 ans.

Moniteur d’auto ecole indépendant VS salarié

Comme dans de nombreux corps de métier, exercer une activité en indépendant offre de nombreux avantages. Le premier est bien sûr, la liberté. Le moniteur construit son emploi du temps, choisit ses méthodes pédagogiques et ne répond à aucune hiérarchie.

Le taux horaire d’un moniteur d’auto école indépendant, lorsqu’il propose ses cours sur des plateformes, est en moyenne de 35€/h. Celui-ci varie en fonction de la popularité qu’il aura sur la plateforme, et peut s’élever au-delà de 40€/h. Le salarié, quant à lui, est rémunéré à 12,85€/h.

Seulement, tous ces avantages ont un prix. Le moniteur d’auto école indépendant doit répondre à plusieurs obligations légales spécifiques puisqu’il ne dépend pas d’un organisme. Aussi, c’est à lui d’assurer toute la gestion de son activité.

Comment devenir moniteur d’auto école ?

Pour devenir moniteur d’auto école, peu importe le statut, il faut obtenir un diplôme d’Etat du titre professionnel d’Enseignant de la conduite et de la sécurité routière, appelé Titre Pro ECSR. C’est la nouvelle version du BEPECASER.

Ainsi, la formation Titre Pro ECSR dure 910 heures, dont 280 heures de stage en entreprise. Elle est axée autour de 2 Certificats de Compétences Professionnelles (CCP) dont le but est de permettre au futur moniteur d’exercer son activité.

  • CCP 1 : ce premier certificat permet d’acquérir les compétences pédagogiques pour “Former des apprenants conducteurs par des actions individuelles et collectives, dans le respect des cadres réglementaires en vigueur. »
  • CCP 2 : le deuxième certificat relève plutôt de la capacité à ”Sensibiliser l’ensemble des usagers de la route à l’adoption de comportements sûrs et respectueux de l’environnement.”
    C’est une formation payante coûte en moyenne 10 000 € et peut être financée par des organismes comme le Pôle Emploi.

Il peut prétendre au diplôme en réussissant les trois épreuves de l’examen. Une fois celui-ci obtenu, et les conditions pour exercer en indépendant remplies, le moniteur d’auto école est libre de s’inscrire sur les plateformes de son choix et commencer à donner des cours.