Que faire en cas de cambriolage ?

Que faire en cas de cambriolage ?

35 lectures
Un cambriolage est toujours synonyme de complications, d’ennuis divers, de démarches et de stress intense. En effet un cambriolage n’est jamais et ne sera jamais une partie de plaisir que ce soit durant sa découverte et même souvent de longs mois après, le traumatisme est souvent encore présent. C’est pourquoi il est très important de se poser la question que faire en cas de cambriolage. Question qui est loin d’être anodine car plusieurs phases s’offrent aux victimes une fois le cambriolage subi. Ainsi nous aborderons 3 aspects essentiels afin de surmonter au mieux cette épreuve et ce en vous donnant les astuces administratives/judiciaires, en analysant les différents types de cambriolages afin d’apporter un certains de nombre de réponses quant aux solutions anti-cambriolageexistantes et enfin, nous aborderons la difficile question du traumatisme psychologique post cambriolage.

Que faire en cas de cambriolage : les points administratifs à gérer

Malheureusement un cambriolage ne se passe pas sans heurt. Entre l’issue fracturée, les dégâts intérieurs, la casse de mobilier et le matériel volé, les démarches ne manquent pas et il vaut mieux être organisé et savoir où aller.

Tout d’abord il est très important de déposer plainte auprès de la gendarmerie, un expert pourra être nommé et l’ensemble des démarches pourront se mettre en place.

Souvent, lors de « petits cambriolages » ou lors de cambriolages avortés sans que cela ne cause beaucoup de dégât, les victimes ne déposent pas plainte estimant n’avoir subi aucun préjudice matériel, mais cela est une grosse erreur.

D’une part car certains préjudices peuvent subvenir quelques semaines plus tard, notamment sur des baies vitrées ou des fenêtres PVC, sur lesquelles on ne constate pas de grande trace d’effraction. Mais il peut arriver que même sans trace certains éléments intérieurs à la menuiserie aient pu être endommagés, et donc sans plainte et sans passage d’expert, aucune indemnité ne pourra être demandée.

D’autre part, le fait de déposer plainte permet d’ouvrir une enquête, permet à la police ou la gendarmerie de venir sur place et tenter de recueillir des éléments nécessaires à l’identification des auteurs.

Sait-on jamais, un élément important que vous n’auriez pas vu (empreintes, papier ou effet personnel tombé par le cambrioleur…..), peut avoir été laissé sur les lieux.

Ainsi une fois le dépôt de plainte effectué, votre assureur pourra mandater un expert chargé de venir constater les faits, mais surtout chargé d’évaluer le préjudice financier occasionné. Il vous faudra alors vous plonger dans les papiers et récupérer toutes les factures nécessaires, tant les factures des biens volés que les factures des biens ou matériel détériorés.

Il viendra constater les dégâts occasionnés, en chiffrera le montant de façon à obtenir l’indemnisation de votre assurance.

Attention car il est primordial de regrouper toutes les factures, et ce que ce soit, du matériel endommagé, ainsi que de tous les objets que vous constatez volés, sans quoi aucune indemnisation vous sera versée.

C’est pourquoi, nous conseillons souvent de numériser les factures et de prendre en photo les objets, bijoux qui ont le plus de valeur, cela vous facilitera les recherches.

Ainsi nous venons de voir que faire en cas de cambriolage d’un point de vue administratif, nous allons maintenant aborder un sujet un plus technique, en effet suite à un cambriolage il est nécessaire d’en faire une courte analyse (issue utilisée, accès à votre propriété, moment de la journée) et ce afin de mettre en place les moyens nécessaires à ce que cela ne se reproduise plus.

 

Que faire en cas de cambriolage : l’analyse et la mise place de solutions

Lors d’un cambriolage, il est primordial, même si cela est difficile, d’analyser la situation afin de comprendre pourquoi un cambrioleur est passé par une issue plutôt qu’une autre.

Bien souvent un minimum de repérage est effectué avant une effraction, cela consiste tout simplement à choisir l’issue la plus discrète à utiliser ou la menuiserie la plus rapide à ouvrir. Ainsi en analysant tout cela, il vous sera possible de déterminer les points faibles de votre domicile ainsi que les accès discrets afin d’éviter autant que possible une nouvelle mésaventure.

En règle générale, un cambrioleur essaiera de choisir une issue simple à ouvrir dans un coin discret de votre maison. Par exemple une baie vitrée située à l’arrière d’une maison, sera un accès rêvé. Identifier et comprendre les raisons qui ont poussé un cambrioleur à passer par l’arrière de la maison et par la baie vitrée sera la clé pour mieux sécuriser votre logement.

L’arrière de votre maison étant isolée de la vue de tous, il ne faudra pas hésiter à l’équiper de projecteurs à détection de mouvement, rendant l’endroit beaucoup moins discret de nuit. La baie vitrée est quant à elle la menuiserie la plus simple à ouvrir, à peine 10 secondes sont nécessaires afin d’y parvenir. Equiper sa baie d’un verrou de baie coulissante, est très simple et d’une efficacité redoutable. Et voilà comment raisonner pour rendre un endroit propice à une effraction à un endroit ultra sécurisé quel que soit le moment de la journée.

Le raisonnement sera différent si l’intrusion a eu lieu par votre porte d’entrée. Là il ne s’agira pas d’une question de discrétion (une porte d’entrée étant généralement située face un accès, face une route ou un chemin de quartier), mais ce sera plus la fragilité du cylindre qui faudra analyser. Il sera nécessaire de le changer par un barillet beaucoup plus solide résistant au moins à 2-3 minutes à l’effraction. En ce laps de temps avec une telle visibilité sur le devant d’une maison ou d’un appartement, n’importe quel cambrioleur passera son chemin.

Enfin, il est aussi assez judicieux de regarder les maisons de vos voisins et essayer de comprendre pourquoi vous et pas un autre.

Vos voisins sont ils équipés d’une alarme avec une sirène extérieure bien visible et vous non ? En effet l’alarme avec une sirène placée sur une façade bien visible est bien souvent une source de dissuasion ultime.

Nous venons donc de voir que faire en cas de cambriolage afin de mieux les prévenir. Ainsi une fois le traumatisme un peu atténué voilà donc quelques pistes de réflexions que vous devez avoir afin de renforcer votre habitation pour éviter que cela ne se reproduise. Vous retrouverez un grand nombre de ces produits sur le site ProtectHome. Des solutions sont proposées par issue pour vous faciliter les recherches.

Consultez aussi notre article sur les atouts des objets connectés pour la sécurité et la domotique.

Combattre le traumatisme post cambriolage

 

Un cambriolage est bien souvent une épreuve difficile à vivre même en temps qu’adulte. Une difficile sensation de viol vous envie, votre intimité la plus profonde a été atteinte avec la perte de confiance que cela engendre.

Vous êtes malheureusement atteint et ne vous sentez plus en sécurité dans votre cocon, le seul endroit, justement où se réfugier pour se sentir en sécurité. Lors d’un cambriolage, ce sanctuaire s’effondre et la peur de regagner votre domicile, d’y repasser une nuit et même une journée vous envahie.

Ceci est normal, même si cela vous parait totalement injuste, tout devrait revenir avec le temps et une petite dose de courage. Souvent ce sentiment de peur provient du fait que de parfaits inconnus, de surcroît pas forcément gentils, sont rentrés chez vous, ont vu vos photos, ont fouillé vos affaires. Vous avez presque le sentiment, qu’à présent ils vous connaissent et qu’ils pourraient revenir une nouvelle fois prendre ce qu’ils n’auraient pas pu ou pas eu le temps de prendre.

Sachez que de ce côté-là, il n’est rien. Un cambrioleur est bien souvent dépourvu de sentiment et n’a aucun intérêt en votre propre personne ou propre famille. Une fois sorti d’un domicile il en cambriole un autre sans état d’âme et ne revient que dans de rarissimes cas dans un domicile déjà cambriolé par ses soins.

Ainsi, n’hésitez surtout pas à parler de cette épreuve entre vous, à vos proches et ne négligez surtout pas le traumatisme qu’un enfant aurait pu subir face à une telle épreuve. Mais si vous pouvez l’en protéger, quitte à cacher la vérité s’est encore mieux.

Et bien sûr si l’épreuve est trop dure, parlez-en à votre médecin, mais un bon conseil : n’hésitez pas à appeler la police ou la gendarmerie, qui pourront être à votre écoute et vous apporterons des réponses sur certaines craintes que vous avez. N’oubliez pas qu’ils voient cela tous les jours et ils sauront vous rassurer.

Nous venons d’aborder plusieurs aspects et conseils quant à que faire en cas de cambriolage, cette épreuve n’est pas simple à vivre, mais en sécurisant un peu mieux votre bien et en travaillant comme il se doit le traumatisme qui en découle, vous serez rapidement guéri.