Le marché du CBD : une croissance fulgurante malgré l’incertitude juridique

Le marché du CBD : une croissance fulgurante malgré l’incertitude juridique

51 lectures

Le marché mondial du cannabidiol ou CBD devrait connaître une croissance annuelle moyenne de 21,2 % sur les 5 prochaines années. L’engouement pour cette molécule non psychotrope atteint l’Hexagone malgré l’incertitude juridique qui menace les professionnels du secteur.

Le CBD, « réhabilité » par la recherche scientifique

Le cannabidiol, plus connu sous le sigle CBD, est une substance non psychotrope extraite du chanvre industriel. Parce qu’il présente des propriétés anti-inflammatoires et relaxantes ainsi que des vertus antalgiques, le CBD suscite l’engouement de la communauté scientifique qui étudie son apport éventuel dans le traitement de certaines formes d’épilepsie dites « réfractaires » ou « pharmaco-résistantes », dans le soulagement de la douleur chronique associées à certaines formes de cancer ainsi que dans le traitement naturel de certaines formes de troubles du sommeil comme l’insomnie.

Une expérimentation sous l’égide du ministère des Solidarités et de la Santé est en cours depuis mars 2021. Elle devrait apporter des réponses fiables et pertinentes sur l’apport du cannabidiol et du THC dans la pharmacopée. Cet intérêt du monde de la médecine a sans doute participé à la médiatisation du cannabidiol auprès du grand public. Il est désormais proposé sous forme d’huiles, de crèmes, de résine, de feuilles, d’infusions, d’e-liquides à vapoter et d’aliments dans des magasins physiques et des boutiques en ligne spécialisées.

L’engouement pour le CBD atteint l’Hexagone

Après avoir envahi les marchés des pays plus libéraux au milieu de la décennie 2010, le CBD semble avoir trouvé sa place dans l’Hexagone. Le nombre de commerces proposant des produits à base de CBD est en effet passé de 400 en 2020 à plus de 2 000 fin 2021 selon les chiffres publiés par le média LSA Conso. Ces points de vente se concentrent essentiellement dans les grands pôles urbains.

Toujours selon LSA Conso, la France ne compte pas moins de 7 millions de consommateurs, soit plus de 10 % de la population et 16 % de la demande européenne. Cet engouement s’explique par trois grands facteurs :

  • Les prix de vente des produits à base de cannabidiol sont particulièrement compétitifs en France. Il faut rappeler ici que l’Hexagone accapare plus de la moitié de la production européenne de chanvre, ce qui garantit un approvisionnement continu aux grossistes comme pro4you-cbd.com ainsi que des coûts matière intéressants. La France occupe la troisième place au niveau mondial derrière la Chine et le Canada.
  • Les Français figurent parmi les peuples les plus stressés d’Europe. Selon un sondage réalisé par OpinionWay pour la Fondation Ramsay Générale de Santé, le stress chronique toucherait 89 % de la population. Les remèdes naturels comme le CBD sont donc plébiscités pour soulager l’anxiété. Attention : le CBD ne saurait se substituer à un traitement prescrit par un professionnel de santé.
  • Enfin, la médiatisation des dernières découvertes scientifiques sur l’efficacité du CBD dans le traitement de pathologies neurologiques et de troubles du sommeil ont permis aux Français de dissocier la molécule de tout effet psychotrope, addictif ou récréatif.

En 2021, le marché français des produits à base de cannabidiol a réalisé un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros. Ce chiffre est amené à évoluer en 2022 avec la multiplication des points de vente mais aussi et surtout l’entrée de grandes enseignes sur le marché. Monoprix a par exemple lancé un espace « produits de CBD » dans les rayons « parapharmacie » et « beauté » de 250 magasins urbains.

L’incertitude juridique menace les professionnels du secteur

Malgré une demande soutenue et des signes plutôt encourageants, les professionnels du CBD attendent toujours une position claire et ferme de la part du gouvernement sur la légalité des produits à base de cannabidiol. Il faut rappeler qu’un arrêté ministériel publié le 31 décembre 2021 avait tout simplement interdit la commercialisation des feuilles et fleurs de cannabidiol, menaçant plusieurs milliers d’emplois partout en France.

Saisi par les professionnels du secteur, le Conseil d’Etat a temporairement suspendu l’interdiction le 24 janvier 2022, la jugeant « disproportionnée » au regard des éléments en sa disposition. La plus haute juridiction administrative devrait livrer un verdict définitif au deuxième semestre 2022. D’ici là, les projets d’investissement devraient fortement ralentir, qu’il s’agisse d’ouverture de nouveaux points de vente spécialisés, de recrutement de responsables de magasins ou encore de diversification des produits proposés.