Enrique Iglesias, Drake : ces artistes ne peuvent plus se passer des drones

Enrique Iglesias, Drake : ces artistes ne peuvent plus se passer des drones

Les drones sont devenus incontournables lors des concerts, des grands événements et s’avèrent incontournables lors des tournées mondiales. Effectivement, il n’y a rien de plus efficace pour réaliser des prises de vue aériennes et ce ne sera pas le chanteur Enrique Iglesias ou encore Drake qui nous contrediront !

Les règles relatives à l’utilisation des drones lors de grands événements

L’avènement des drones est une aubaine pour les organisateurs de festivals, de concerts, de compétitions sportives et autres grands événements. Ils ont la possibilité de réaliser de très belles prises de vue aériennes sans encombre. Toutefois, pour des raisons de sécurité, l’utilisation de ces appareils volants doit être approuvée par la Direction générale du transport aérien du SPF Mobilité. Les règlements stipulent d’ailleurs que les drones ne doivent pas survoler le public.

En sus, les organisateurs doivent obtenir l’aval des autorités communales avant de faire voler les drones. Au vu de ces divers règlements, il est préférable de faire appel à un professionnel de l’image pour gérer un drone ou louer une flotte pour un événement, comme Drones Sud Image. Même avec les nombreuses contraintes, cet expert pourra réussir ses vidéos réalisées avec un drone. Il a d’ailleurs fait de son expérience un savoir-faire unique, associé à sa connaissance de la jurisprudence en matière de survol en drone.

Le chanteur Drake utilise des drones pour illuminer la scène

Drake par exemple utilise les drones de manière ingénieuse : ces appareils de prise de vue aérienne sont systématiquement intégrés dans ses spectacles, puisqu’il s’en sert pour illuminer la scène lorsqu’il entonne son titre « In My Feelings ». Même si ses performances sont à couper le souffle, il ne faut pas oublier que l’utilisation des drones doit être réalisée dans le respect des normes de sécurité. Pour que ces petits appareils puissent voler, il faut tenir compte de la météo, de la salle ainsi que des contraintes d’espace. Ces précautions sont indispensables pour éviter que l’un des drones ne tombe vers les spectateurs.

drone concert

Un fan de Lenny Kravitz a utilisé un drone sans autorisation

Pour subtiliser des vidéos et des images du concert de Lenny Kravitz aux arènes de Nîmes, un homme n’a pas hésité à y faire voler son drone. Cette initiative risquée et non autorisée est passible d’une peine d’un an de prison et d’une amende de près de 75 000 euros. Le photographe professionnel brésilien s’est fait confisquer son appareil, la carte mère qui y était intégrée ainsi que son appareil photo. Malheureusement pour lui, il est reparti les mains vides, avec en prime une convocation au tribunal correctionnel.

La mésaventure d’Enrique Iglesias

Rappelons néanmoins que l’utilisation de ces appareils demande de la prudence, en tout cas, le chanteur Enrique Iglesias l’a appris à ses dépens. Durant un concert à Tijuana au Mexique, il avait voulu saisir un drone en vol pour se filmer en gros plan. Pour lui, c’est un geste habituel, mais cette fois-là, cela ne s’est pas passé comme prévu. En voulant attraper le drone qui filmait son concert, l’artiste s’est entaillé les doigts. En professionnel qu’il est, il a continué de chanter, mais son t-shirt blanc plein de sang lui donnait un air macabre.

Faire appel à professionnel de l’image : les avantages

Loin d’être des jouets télécommandés, les drones sont devenus incontournables pour filmer les grands événements. Ces oiseaux électroniques capables de voler en surplace permettent aux chasseurs d’images de réaliser des prises de vue aériennes exceptionnelles.

Et si ces mini hélicoptères sont si sollicités, c’est parce qu’ils présentent de nombreux avantages :

  • Ils ne polluent pas
  • Ils sont discrets,
  • Ils intègrent une caméra et une connexion wifi

Même si la manipulation de ces drones semble être un jeu d’enfant, il est préférable de faire appel à un professionnel de l’image. Ce dernier interviendra lors des événements, des manifestations, de la promotion du patrimoine, des rencontres sportives, etc. Vous pouvez également faire appel à ce professionnel pour un diagnostic immobilier, le suivi de chantier, la cartographie ou le cubage.

Les différents types de vols en drone et les contraintes

Pour faire voler un drone, en dehors du cadre privé, des règlements s’imposent. Il faut d’ailleurs distinguer les différents types de vols :

  • Le vol S1 : effectué hors agglomération et zone peuplée. Ne requiert aucune autorisation.
  • Le vol S2 : réalisé hors agglomération et hors zone peuplée, avec une distance maximum de 1Km. Demande d’autorisation requise.
  • Le vol S3 : effectué en agglomération et requiert une autorisation préfectorale.

Bien évidemment, les drones ne sont pas autorisés à survoler les terrains privés ainsi que les zones situées à proximité des aéroports ou des bases militaires.

Les formations requises pour piloter un drone

Selon l’article L6214-2 de la Loi n°2017-1428 du 24 octobre 2016, le télépilote doit suivre une formation avant de pouvoir piloter des drones (aéronefs sans personnes à bord). Cette législation vise surtout la sécurité et le respect des conditions d’emploi liées à la navigation aérienne. À noter que l’obligation de formation ne concerne pas les drones de moins de 800g. Toutefois, le télépilote doit consulter la notice d’information qui est fournie avec l’aéronef.

Par ailleurs, l’utilisation d’un drone de plus de 800g nécessite un brevet de pilote d’ULM. Le suivi d’une formation est indispensable, et pour le côté pratique, la formation gratuite est réalisée en ligne. Les points qui y sont abordés sont diversifiés et portent sur :

  • Les règles de l’air
  • Les règles à respecter en vol et au sol
  • Les démarches obligatoires pour faire voler un drone
  • La protection des sites ainsi que des personnes sensibles.

drone mariage

Où peut-on faire voler les drones en France ?

La législation française stipule que les télépilotes peuvent faire voler leurs drones hors des zones urbaines ou construites, quant à l’altitude maximale autorisée, elle est de 150 mètres. En revanche, le survol des sites sensibles comme les centrales nucléaires est formellement interdit. Il en est de même pour les réserves naturelles, car les passages des drones au-dessus des aires protégées peuvent entraver la tranquillité des espèces qui y vivent.