Investissement dans l’immobilier de bureau : les français rois de l’Europe ?

Investissement dans l’immobilier de bureau : les français rois de l’Europe ?

Dans un environnement économique parfois instable et peu sûr, le marché immobilier français semble toujours séduire. Membre du trio de têtes (Royaume-Uni, Allemagne et France), la France tire son épingle du jeu en se distinguant par son dynamisme. 2018 déjà une année record , 2019 semble prendre le même tournant  avec près 14 milliards d’euros transactions immobilières pour le premier semestre..

Séduisant notamment des entrepreneurs étrangers à la recherche d’un marché , stable et solide, offrant un rendement intéressant même en période de ralentissement économique, l’immobilier de bureau attire surtout en France… La part des acteurs internationaux est ainsi passée en un an de 42% à 5% des volumes investis à l’échelle nationale, ce qui ne s’était plus vu depuis la crise financière de 2008 !

Investisseurs étrangers à l’affût

La région parisienne attire toujours autant , notamment les coréens qui sont à l’origine de 19% des volumes investis en région parisienne pour le premier semestre 2019.

Malgré un marché avec peu de biens disponibles, l’immobilier de bureau en France semble être toujours un bon investissement , particulièrement attentifs aux produits , les entrepreneurs doivent faire face à des prix élevés qui n’empêchent pas une explosion des investissements dans l’immobilier d’entreprise européen qui s’élevait à 44,7 milliards d’euros, comme pour la Grèce (+165% sur un an), la Roumanie (+161%), la République Tchèque (+160%) et la Suède (+72%)qui  ont toutes connu un volume d’investissement significatif au premier trimestre de cette année.

Demande concentrée sur les bureaux

D’une manière générale, la demande des investisseurs Européens est restée focalisée sur les bureaux, représentant 4% du volume total des investissements dans l’immobilier commercial au premier trimestre 2019.

Le manque d’offre est responsable d’une sélectivité de plus en plus grandes : les investisseurs privilégiant les actifs prime ( valeur moyenne haute des dernières valeurs locatives constatées sur le marché de l’immobilier d’entreprise) d’une taille conséquente pourvus d’une offre alimentaire importante .

A Paris le manque d’offre incite les entreprises à renégocier leurs baux, à aménager leurs espaces, en réorganisant leur espace, annexant des locaux supplémentaires si possible. Mais le marché français semble quand même mieux résister a Paris et dans les grandes villes : le secteur « high street » se maintient à des taux record (2,45 à 2,50%) . Dans l’est de la France, si vous souhaitez un local commercial à Grenoble, il faudra compter au moins 206€ / mois pour une location d’à peu près 50 m2.

Les nouvelles technologies et la démocratisation du télétravail permettent de plus en aux entreprises de gérer leur m2 différemment et le coworking s’est suffisamment développée pour répondre à ce besoin et les entreprises préfèrent parfois déménager leurs locaux dans des villes ou les loyers sont moins chers.

Le volume des investissements en immobilier d’entreprise devrait atteindre 219 milliards d’euros d’ici la fin de l’année 2019 en Europe, avec un recul de 13 % par rapport à 2018, l’immobilier de bureau semble avoir encore de beaux jours devant soi et la demande ne semble pas prête de se trahir surtout pour les investisseurs étrangers.

En enregistrant sa meilleure performance des dix dernières années en 2018, le marché locatif européen se porte bien malgré les difficultés que peut traverser l’économie européenne, la baisse des taux de vacance, la performance des marchés utilisateurs et la disponibilité des liquidités ont accru l’attrait de l’immobilier comme produit d’investissement.