Zone téléchargement : de l’illégalité à la clandestinité sur la toile

Zone téléchargement : de l’illégalité à la clandestinité sur la toile

Le téléchargement gratuit des données sur internet est dans certains cas, un délit aux yeux de la loi. Il existe pourtant plusieurs sites sur la toile qui proposent ce genre de service. Ces dernières années ont vu l’éclosion d’un bon nombre de sites de ce genre. Ils proposent aux internautes de télécharger gratuitement des films, des séries, de la musique et ce, en dépit des lois en vigueur. Dans ce lot, le site Zone téléchargement est l’un des plus connus de France avec le portail Libertyland / Livertyland VF. S’il a dû officiellement fermer en 2016, il n’en demeure pas moins qu’il change fréquemment d’adresse sur la toile pour tenter d’assurer sa survie. Par ailleurs, il existe de nombreux sites qui clonent le site mère et dont l’usage n’est point sans danger pour les internautes pour certains clones. Cet article revient amplement sur la question en vous proposant un grand éclairage du sujet.

Sites de téléchargement gratuit : notions générales

Internet bien que paraissant comme un monde incontrôlé est cependant régi par des lois. Ce sont des clauses commerciales, des contrats de publication, de diffusion…, auxquels sont soumis la plupart des enseignes qui apparaissent sur la toile. Les sites de téléchargement n’échappent pas à cette règle. Dans le cas de la diffusion de vidéo, de musique, de films etc…, ils sont régis par des lois visant à faire respecter le droit des auteurs. Toutefois, nombreux sont ces sites qui dérogent à cette règle. Ils proposent aux internautes du téléchargement ou du streaming en violation du respect de ces droits d’auteurs d’œuvres artistiques. Ils créent ainsi pour la maison de production musicale ainsi que pour les gouvernements, d’importants manques à gagner.

Zone de téléchargement : l’exemple type

Zone de téléchargement est un des plus grands sites français de téléchargement gratuit. Il fait ses débuts sur la toile en 2010, année à laquelle le nom du domaine est déposé aux iles Bahamas. Il est si consulté que durant sa période d’activité, il fut le site le plus suivi dans sa catégorie et le 11e site le plus visité de France. Selon des études sérieuses au mois de mai 2015, le site comptabilisait 3,5 millions de visiteurs. Un tel succès est dû au service que proposait alors le site. En novembre 2016, la gendarmerie nationale procède à la saisie de deux des serveurs du site. La saisie faisait alors suite à plusieurs plaintes déposées contre le site. Depuis fin 2016 donc, le site n’est plus accessible.

Un jeu de cache-cache

Bien qu’officiellement le site ne soit plus accessible, il pourtant fréquemment apparu sur la toile en changeant d’adresse. Il y a plusieurs raison qui pourraient expliquer cette mutation d’adresse. Le premier grand mobile est lié au caractère illicite des services proposés par le site de téléchargement gratuit. Le fait se comprend d’avantage lorsqu’on réalise qu’aucun des fichiers hébergés sur ses sites ne sont sous le sceau d’un droit d’auteur. Pour réussir donc à télécharger en parfaite illégalité, Zone téléchargent s’est muni de liens lui permettant de pirater ces œuvres sur des sites comme :

  • 1fichier.com
  • Turbobit
  • Upload
  • Rapidgator.

Peu après la fermeture du site par la gendarmerie nationale, des clones de ce même site sont apparus sur la toile. Des adresses comme zone de téléchangremnt.ws. Zone téléchargement.al et bien d’autres encore. L’on s’aperçoit bien que le site change fréquemment d’adresse depuis 2016. Zone de téjéchargement.ws. est en effet apparu seulement deux semaines après la fermeture du site officiel. Les promoteurs du fait de l’illégalité de leurs services, tentaient ainsi un premier coup pour survivre sur le web. Mais juste après l’apparition de cette nouvelle version du site, sa fermeture est à nouveau demandée par une organisation de professionnelles du cinéma. La plainte fut formulée le 15 décembre 2017.

La bataille avec les clones

Pour reprendre à leur compte les acquis du site original, des clones du site sont apparus sur le web. Ils présentent au prime abord la même interface que celle du site mère mais se démarquent quand même par leur contenu. Comme le site original, ils proposent aux internautes de télécharger ou de streamer gratuitement via leur service. La situation est devenue si préoccupante que le staff de Zone téléchargement a dû avertir ses « zoneurs » des nombreux clones qui partagent avec lui la toile. Ces clones devenues véritablement populaires arrivent même en tête des résultats de recherches lancés sur Google… Une des clones les plus déconseillés est celui dont le nom de domaine se terme avec comme suit : .lol. Portant celui-ci arrive en troisième position sur la liste de Google. Il y en a d’autres comme celui dont le nom de domaine se terme par un .world. Lui également est si bien classé qu’il arrive en deuxième position sur les listes des résultats de Google. Au-delà de la question du classement, ces sites clones couvrent bien d’autres dangers. Très tôt en effet, ils peuvent s’avérer dangereux. En mutation constante d’adresse, le site original a dû faire face à ces hackeurs. Sur sa page Facebook, les promoteurs affichaient récemment la dernière adresse du site. Tombé dans la clandestinité, Zone téléchargement s’efforce donc de lutter avec ses clones. Mais la bataille est loin d’être gagnée. Dans cette guerre sur la toile entre site original et site clone, ce sont les internautes qui courent les plus grands dangers. Ils risquent par exemple de se faire pirater par des hackeurs laissant des liens douteux sur le site. L’intégrité des internautes ainsi que leurs déplacements sur le web pourraient donc se trouvés contrariés par les pièges tendus via ces sites clones.

Le téléchargement gratuit proposé par zone de téléchargement est un service illégal mené pourtant depuis plusieurs années. En 2016, lorsque la gendarmerie saisit deux de ses serveurs, l’histoire du site pris un tout autre tournant. Bien qu’il disparût officiellement du web, il lutte encore pour sa survie en changeant d’adresse. Seulement, sa guerre menée contre ses nombreux clones est loin d’être terminée. Il faudra surtout pour l’internaute faire preuve de retenu quand il s’avance vers ses horizons-là du web.

Quelques vidéos